Canaux en Europe

La Commission Européenne encourage le développement du transport par voies navigables en Europe.
En France, après des décennies de politique de fret routier ou ferroviaire, la Commission Européenne, sous la pression des écologistes, incite à intégrer davantage les voies fluviales.
Aux Pays-Bas ou en Belgique une part importante fret est assurée par voies fluviales (35% aux Pays-Bas), grâce à des politiques rationnelles et cohérentes et un réseau ingénieux depuis les ports de Rotterdam ou Anvers.
La France, après avoir malheureusement méprisé et abandonné ce type de transport, accuse aujourd'hui un retard considérable.

En France, le canal du Midi reste, aux yeux des Européens une référence du génie français.

Depuis le XVIIème siècle, il permet de relier Sète, au bord de la Méditerranée, à Toulouse. Il est depuis la fin du XIXème siècle prolongé jusqu’à l’Atlantique par le canal latéral à la Garonne.
Cette voie d’eau, imaginée, financée et réalisée en grande partie par un entrepreneur remarquable, Pierre-Paul Riquet est creusée entre 1666 et 1681. C’est le second canal français de l’histoire après le Canal de Briare, créé sous Henri IV mais presque cinq fois plus long. Le Canal du Midi comporte des ouvrages remarquables qui lui confèrent un intérêt patrimonial exceptionnel.

Mais aujourd'hui, en France, le retard accumulé dans ce domaine est édifiant.

Avec 6,7 milliards de tonnes-kilomètres en 2018, soit environ 1,82 % de l'ensemble du trafic terrestre national, il a une place secondaire par rapport au transport routier et ferroviaire.
Le trafic est pourtant réparti entre cinq bassins fluviaux (Seine, Rhin, Nord, Moselle et Rhône-Saône) qui représentent 8 500 km de voies d'eau navigables, le premier en Europe par sa longueur. Mais seuls 4 100 km sont affectés au trafic marchandises et 2 000 km sont adaptés par leur gabarit à une exploitation commerciale moderne.

En Europe, des centaines de villes et de régions industrielles sont reliées entre elles par plus de 41 500 km de voies navigables.

Sur les 28 pays de l'UE, 20 ont des voies navigables intérieures et 12 disposent d’un réseau navigable interconnecté. La France reste malgré tout l'un des plus faibles utilisateurs du transport fluvial du continent.

L’utilisation commerciale de ces voies navigables en tant qu’option pour réduire la part du transport routier est plus que jamais d'actualité, les émissions de CO2 par tonne transportée et par kilomètre étant jusqu’à 4 fois moindres. La promotion et le renforcement de la compétitivité de ce type de transport, notamment en améliorant son intégration dans la chaîne logistique, est un des défis majeurs des prochaines années...

Texte complet sur demande

canaux photo 1
canaux photo 2
canaux photo 3
canaux photo 4
canaux photo 5
canaux photo 6
canaux photo 7
canaux photo 8
canaux photo 9
canaux photo 10
canaux photo 11
canaux photo 12
canaux photo 13
canaux photo 14
canaux photo 15
canaux photo 16
canaux photo 17
canaux photo 18
canaux photo 19
canaux photo 20
canaux photo 21
canaux photo 22
canaux photo 23
canaux photo 24
canaux photo 25
canaux photo 26
canaux photo 27
canaux photo 28
canaux photo 29
canaux photo 30
canaux photo 31
canaux photo 32
canaux photo 33
canaux photo 34
canaux photo 35
canaux photo 36
canaux photo 37
canaux photo 38
canaux photo 39
canaux photo 40